Courses à Epsom Raoul Dufy n'est pas un peintre fauve
Le style de Dufy n'appartient qu'à lui



Raoul Dufy n'est pas un peintre fauve !




Pourquoi veut-on à tout prix faire de Raoul Dufy un peintre fauve ?

Dans les rares occasions où l’on présente des œuvres de Raoul Dufy, dans les médias ou les expositions, ce sont à chaque fois des œuvres de sa période fauve qui sont présentées.



Catalogue rétrospective 1999

Jusqu’à l’affiche de la grande (et superbe) rétrospective Dufy présentée en 1999 à Lyon et Barcelone qui s’ornait d’une peinture réalisée en 1907 : « Pêcheurs à la ligne devant Sainte Adresse ».

En fait, la période où Raoul Dufy s’est laissé tenter par les parti-pris du fauvisme n’a guère duré que trois ans sur une carrière de plus de 50 ans !
Même si Dufy a produit dans cette période des œuvres remarquables, il ne faut pas qu’elles servent à masquer ce qui fait réellement l’originalité et la singularité de l’artiste : une expression issue d’un exceptionnel talent de dessinateur et de coloriste, allié à une utilisation si personnelle de la couleur qu’aucun autre peintre n’a su, depuis, réussir une alchimie comparable.



Le style Dufy n’a pas fait école !
C’est justement ce qui, aujourd’hui, en fait toute la valeur.



Les débuts au temps de l’impressionnisme



C’est en 1891, tout en travaillant comme comptable chez un importateur de café du Havre, que Raoul Dufy prend ses premiers cours de peinture à l’Ecole des Beaux Arts du Havre, aux cours du soir, en compagnie d’Othon Friez et de Georges Braque. Leur professeur, Charles Lhuillier, fonde son enseignement sur la rigueur, la discipline et la pratique du dessin.

« Nous avions pour notre maître un grand respect mêlé d’admiration, car c’était un véritable artiste, grand dessinateur classique ».

C’est certainement là que Raoul Dufy va acquérir cette maîtrise du dessin qu’il pratiquera plus tard avec une aisance stupéfiante et qui sera la marque la plus caractéristique de son talent.



la plage de Sainte Adresse

Tout naturellement influencé par Eugène Boudin, peintre havrais déjà célèbre, il peint dans le style impressionniste les paysages et les personnages qui s’offrent à lui : promeneurs et pêcheurs sur l’estacade et le long de la plus célèbre promenade du Havre : la plage de Sainte Adresse.



La plage de Sainte Adresse - 1902

(cliquer sur les images pour les agrandir)



Le choc du fauvisme



En 1900, Raoul Dufy rejoint son ami Othon Friez aux Beaux Arts de Paris où il perfectionne sa technique. Mais en 1905, la visite du Salon des peintres indépendants crée un choc qui va déclencher la quête artistique qui le conduira à son style personnel.



Matisse Luxe, calme et volupté

Matisse et Derain font scandale en créant l’émotion par la violence et les contrastes des couleurs au lieu des jeux subtils de la lumière chers aux impressionnistes. Raoul Dufy est ébloui par le tableau de Matisse « Luxe, calme et volupté ».



"Luxe, calme et volupté"
Henri Matisse - 1905





« A partir de ce jour-là, il me fut impossible de revenir à mes luttes stériles avec les éléments qui s’offraient à ma vue.
Ces éléments, il n’était plus question de les représenter sous leur forme extérieure
».



le bateau pavoisé

Le fauvisme est né et Raoul Dufy y adhère pleinement.

De cette période, Raoul Dufy conservera toute sa vie la recherche de la simplicité, de l’épuration du sujet et le goût des couleurs éclatantes.



Le bateau pavoisé - 1905




vieilles maisons à Honfleur

« Quand je parle de la couleur, je ne parle pas des couleurs de la nature, mais des couleurs de peinture, les couleurs de notre palette qui sont les mots dont nous formons notre langage de peintre (…).
Je fais de la couleur l’élément créateur de la lumière, la couleur à mes yeux n’étant que génératrice de lumière
».



Vieilles maisons sur le bassin
de Honfleur - 1906





affiches a Trouville


De même, les œuvres de cette époque portent déjà en elles tout ce qui fera par la suite le regard particulier de Dufy :
- l’observation, d’un œil à la fois tendre et narquois, des personnages qui font vivre le quotidien : promeneurs, pêcheurs, bourgeois …
- l’utilisation et la mise en valeur de tous les symboles de la rue : affiches, drapeaux, ombrelles.



Les affiches à Trouville - 1906




Jeanne dans les fleurs

Ces œuvres ont la même force que celles des autres peintres fauves : Matisse, Derain, Vlaminck, Braque …
Cela ne justifie pas pour autant que l’on classe Dufy dans le tiroir des peintres fauves et que l’on ne mette en avant que les œuvres de cette époque.



Jeanne dans les fleurs - 1907




nu Claudine de dos

Pour Dufy, le fauvisme n’est qu’une étape vers la découverte de son style personnel...



Claudine de dos - 1906